SUD Education Réunion
Accueil du siteACTUALITES
Sur le Web
LES PROPOS INACCEPTABLES D’UNE INSPECTRICE GÉNÉRALE DE L’ÉDUCATION NATIONALE.
Communiqué de SUD ÉDUCATION RÉUNION paru dans Le Quotidien du 23 décembre 2017.
dimanche 24 décembre 2017
par SUD Education Réunion
popularité : 48%

Jeudi 14 décembre, de 14h00 à 17h00, les enseignant-e-s de philosophie de toute l’île étaient réuni-e-s au lycée Évariste de Parny (Plateau Caillou) pour une formation disciplinaire, animée notamment par Mme Sitbon, Inspectrice générale de l’Éducation nationale.

Alors qu’à l’accoutumée les enseignant-e-s et l’Inspecteur-trice échangent autour de questions pédagogiques, cette fois-ci, la majeure partie de la réunion fut consacrée à la question de la laïcité. Ne nous attardons pas sur la position de Mme Sitbon, qui découvre l’île de La Réunion et qui refuse catégoriquement de prendre en considération la singularité de son histoire, son contexte géographique et culturel pour se contenter d’un appel à l’application intransigeante, immédiate et brutale de la loi de 2004 sur l’interdiction de signes religieux dans les établissements scolaires : croix, bindus et surtout foulards doivent disparaître ! Quand un collègue lui fait remarquer que jusqu’ici, « tout se passe bien » à la Réunion, elle répond qu’elle n’en a « rien à faire », et que la loi doit être appliquée, quitte à ce que les choses se passent mal... Mme l’Inspectrice pense-t-elle pouvoir maintenir l’ordre public avec une pratique radicale et autoritaire de ce type ?

Mme Sitbon a, par ailleurs, déclaré être favorable à la restitution de Mayotte aux Comores (« je suis pour qu’on leur rende »), et ce, à deux reprises.

Le plus choquant est peut-être que ce « bon mot » a été applaudi par une partie des enseignant-e-s présent-e-s.

Mais ne s’agit-il là que d’un trait d’humour, complètement déplacé ? Ou de l’aveu, que, du point de vue de Mme Sitbon, certain-e-s citoyen-ne-s seraient, finalement, inassimilables, et que la République ferait mieux de s’en débarrasser ? On n’ose espérer pouvoir y déchiffrer l’expression d’un repentir de l’État, par la voix de son agente, presque 45 ans après l’annexion illégale de Mayotte, au terme d’un simulacre de référendum ! SUD ÉDUCATION RÉUNION condamne fermement les propos tenus par Mme Sitbon dans l’exercice de ses fonctions. De la part d’une inspectrice générale du Ministère de l’Éducation Nationale, et philosophe de surcroît, on est en droit d’attendre autre chose que des propos péremptoires et provocateurs.